Jardinage

L’histoire du petit pois et de ses petits bras

Bien que mon rythme de publication soit moins fréquent (c’est le moins que l’on puisse dire), il continue de se passer pas mal de chose dans mon petit potager sur balcon.
L’an dernier je vous parlais de la fleur de courgette et de sa courte histoire qui se déroule de midi à minuit. Vous avez visiblement de bien apprécié cette histoire contée en direct du potager. Pour l’occasion, j’avais passé une bonne partie de la matinée à prendre en photo les fleurs de courgette qui se métamorphosent. Depuis il me tardait de vous conter une nouvelle histoire, celle du petit pois et de ses petits bras. Une fois déroulé il tente de s’accrocher à tout ce qui est proche de son pied.

petit pois accroché à un tuteur dans un bac potager sur balcon

goutte d'eau sur feuille de petit pois après la pluiepetit pois qui sort de terre

Petit pois deviendra grand…. mais pas maintenant

L’avantage avec la culture du petit pois dans un potager urbain est sa vitesse de développement. Pour les petits comme les grands jardiniers en herbe, c’est une plante très facile à cultiver.

Sa croissance rapide fait de ce légume-fruit, l’une des star des légumes primeurs aux côtés des navets et des radis. Bien sûr tout est relatif. La pousse du petit pois ne se fait pas en un jour comme c’est le cas du haricot magique de Jacque.

Mais ne vous fiez pas à sa dénomination. Il est petit par le nom mais deviendra grand par la taille.

Les bras emmêlés

Une fois les bras du petit pois déployés, ils s’accrochent là où on leur en laisse l’opportunité. C’est à dire, n’importe où !

Pour vous prémunir d’un super noeud de petit pois, veillez toujours à installer un tuteur près de chaque pied. Vous leur mâcherez ainsi le travail. Une fois déployées, les vrilles sauront tout de suite où s’accrocher. Au quel cas, cela ne les gênera pas de s’accouder à la première plante venue et d’emmêler tout votre potager.

Pour vous défaire de cette situation, couper sera la seule solution. Ce sera dommage d’en arriver là ! Alors pensez au tuteur, ça vaut mieux qu’un petit coup de cisaille chez le coiffeur.

gousse de petit pois au potager sur balcon

gousse de petit pois au potager sur balcon

Toujours plus haut ?

Il arrive un moment où les bras du petit pois n’ont nul par où s’accrocher et c’est la chute. Enfin pas vraiment…..

Ce qui m’amène à comparer les vrilles de ce légume-fruit à des bras est la façon dont elles se développent. Les vrilles se déploient de façon latérale. Elles apparaissent parfois enroulées comme les feuilles des fougères et se déroulent à l’horizontale en quête d’un support sur lequel s’accrocher pour ne plus jamais le lâcher. *Amour pour toujours*.

C’est un peu comme lorsque l’on s’étire et que l’on étend ses bras, vous voyez ?
Alors semaine après semaine, le plant de petit pois va continuer de grimper à l’aide de ses vrilles enroulées comme des petits poings. Quand s’arrêtera-t-il de grimper ?
Il n’y a pas de réponse universelle.

Mais une chose est sûr. Sur mon balcon, ce sont les pigeons qui décident du moment où le petit pois doit disparaître dans leur estomac. J’ai l’impression qu’ils apprécient tout particulièrement les feuilles croquantes et sucrées car ils ont englouti toute la roquette et quelques folioles de petits pois très rapidement.

gousse de petit pois au potager sur balcon

gousse de petit pois au potager sur balcon

Petit pois lourd

Plus les grains gonflent dans les gousses plus le poids devient important et c’est ici que les bras du petit pois ont leur rôle à jouer. Bien que les vrilles du petit pois soient très fines, elles ne manquent pas de robustesse. Une fois accrochées, difficile de les déloger.


J’espère que cette nouvelle histoire botanique vous a plu. Vous ne verrez plus le petit pois de la même façon à présent. Rendez-vous prochaine au potager pour l’histoire d’un nouveau légume-fruit… à moins que ma plume m’amène à vous compter l’histoire des fleurs !

 

 

crédit photo : Mon petit balcon