{Éco-défi} Débuter son potager sur balcon, les avantages et les inconvénients

Classé dans : Jardinage | 3

Pour démarrer cet éco défis « Découvrir les végétaux idéaux pour son potager de balcon » lancer par Natasha du blog échosverts.fr, j’ai fait un retour en arrière pour vous lister selon moi les joies et les galères à prendre en compte avant de se lancer dans l’aventure du balcon potager.
Depuis deux années, je potage sur mon balcon et je dois vous avouer que ça n’a pas toujours rimé avec simplicité. Mais chaque problème a sa solution et en lisant les lignes qui suivent, j’espère que vous aurez toutes les clés pour vous lancer tout au long des 4 saisons afin de jardiner sans vous prendre le chou.

Les joies du potager sur balcon

Jardinier urbain tu deviendras

Si c’est pas la classe ça ! Jardiner sans avoir de vrai jardin, avoir un petit havre de paix tout près du canapé pour se relaxer sous les rayons ensoleillés, inviter les abeilles, coccinelles, mésanges et papillons à venir boire le thé et j’en passe.
Sans bouger de votre appartement vous pourrez arborer fièrement le chapeau de paille de jardinier urbain en herbe. Bien sûr ça ne remplace pas le plaisir de se balader dans les grandes étendues vertes mais qu’importe.
Ajouter un peu de verdure et de pots de fleurs par-ci par-là a toujours sont petit effet et les passants regarderont votre balcon avec des yeux égaillés.
Ajoutez-y une guirlande en papier, une table, deux chaises, une lampe solaire et le tour est joué. Aux cotés de vos pieds de menthe, laitue et tomates noirs de Crimée vous pourrez vous prélasser toute l’année.

Local et bio tu mangeras

La cuisine est la première chose qui m’a donné l’envie de me lancer dans la conception d’un potager sur mon balcon. Je ne m’attendais pas à devenir auto suffisante bien que lorsque je parle de mon mini potager à des proches ou des inconnus, ils m’imaginent en train de faire mes courses sur mon balcon.
Bien sûr l’aventure d’Indra Naidoo l’auteur du livre edible balcony qui brandit fièrement un panier de carottes tout juste récolté sur son balcon me fait rêver, mais récolter une petite poignée de fraises des bois hyper savoureuses et quelques feuilles de basilic pour le déjeuner fait tout autant mon bonheur.

Indra Naidoo the edible balcony - potager sur balcon
« Tout ça pour ça ?!? » vous pourrez penser. Mais rassurez-vous certaines plantes comme les légumes feuilles et aromates peuvent vous réjouir même dans un petit espace avec un bon rendement à la clé.
Avec ce qu’il faut d’eau et une bonne exposition grâce au basilic, menthe et thym vous ne serez pas déçus.
À vous la marinade au basilic, le pesto maison, le sirop et le thé à la menthe, les assaisonnements et tisanes au thym citron… Je pourrais continuer encore longtemps tant ces aromates me font saliver mais il me reste encore quelques conseils à vous partager.
Et l’avantage dans tout ça, c’est que tout ce que vous récolterez sera 100% local (on ne peut pas faire mieux) et bio, à moins d’être adeptes de la soupe de tomates aux pesticides.
Pour jardiner au naturel je vous partagerez dans les jours à venir des recettes testées et approuvées dans mon potager sur balcon pour chasser les petites nuisibles de votre potager.

Calendrier des 4 saisons tu connaîtras

Un des documents que je ne manque pas de consulter est le calendrier des fruits et légumes de saison joliment illustré par Claire-sophie. C’est une mine d’informations lorsque l’on veut remplir son panier de façon responsable tout au long des saisons. Au potager ce rythme des saisons se retrouve aussi.

claire-sophie-illustratrice-calendrier-légumes-saison-janvier-les-bluettes
calendrier des fruits et légumes de janvier par Claire-Sophie

 

Autre élément avec lequel on se familiarise en ayant son propre potager : les fruits et légumes « moches ». Dans mes récoltes se côtoient des fruits et légumes de toutes les formes et couleurs même en provenant de la même plante. Alors dorénavant en allant faire mes courses je ne regarde plus les fruits rabougris de la même façon.
Ici je ne vous apprend peut-être rien, mais notez que le printemps et l’été marqueront le temps des semis alors les mois de janvier et février sont l’occasion de :

 

Cultiver le bonheur et la patience tu sauras

En lisant l’article du blog Fuckyourbadvides qui livre 6 idées pour cultiver la patience, je me suis reconnue dans la première idée qui consiste à « faire pousser quelques choses ».
Lorsque le temps de germination est passé et que les petites plantules pointent le bout de leur tiges, impossible de ne pas sauter de joie. Elles sont tellement mignonnes.
J’avoue que je peux passer des heures à les observer sans m’en lasser et idem le lendemain jusqu’à ce que la plante arrive à maturité.
En général il faut attendre entre 1 à 4 mois pour qu’une plante arrive à maturité après l’avoir semé. À moins de vouloir cultiver des graines germées, vous n’aurez pas le choix que d’attendre et de cultiver la patience. Elle trouvera une place bien au chaud à l’endroit que vous lui donnerez.

 

Potager VS potager sur balcon

Avoir un vrai potager en pleine terre c’est le rêve (enfin mon rêve, le vôtre aussi si vous me lisez) et pour le coup ça permet d’être auto suffisant si le climat est clément.
Avoir un potager sur balcon c’est le rêve en miniature avec de nombreux avantages.

Adios les envahisseurs rampants

Avoir un potager hors-sol, c’est-à-dire en pot, en jardinière, en bac ou en cagette (à vous de voir même si j’ai un coup de cœur pour la cagette), permet de ne pas mettre nos plantes en contact avec la sol !

Ainsi les « nuisibles » rampants tels que les escargots et les limaces n’ont pas besoin d’être traité et les légumes feuilles sont épargnés.
Par contre, à ma grande surprise j’ai tout de même trouver des bébés escargots et bébés limaces qui traînaient dans les parages. Pas de quoi se prendre le chou vu la taille mais j’étais tout de même intriguée.

escargot potager

Après quelques recherches j’ai pu lire que les œufs d’escargot sont présents près des racines dans les plantes en pot, ceci explique sûrement cela.

Une posture moins contraignante

En février dans le cadre des éco défis vous découvrirez comment construire votre potager en mode minimaliste. Vous verrez qu’avoir un potager en hauteur peut éviter bien des douleurs aux articulations car la posture est une chose à ne pas négliger lorsque l’on jardine.
De mon côté, les jardinières et cagettes jonchent encore le sol mais j’envisage de donner de la hauteur à tout ça pour ne plus avoir à me baisser trop souvent.
Pour les plus impatients d’entre vous, l’auteur du blog Bee curious que j’ai découvert en me baladant sur Youtube vous montre pas à pas comment elle a mis sur pieds son petit coin de verdure.
Si vous jardinez avec des jeunes pousses vous pouvez aussi prévoir un carré potager haut comme trois pommes dans votre plan. Tout les plaisirs sont permis.

Les inconvénients et précautions à prévoir

Quand vient l’été, fait ce qu’il te plaît

Avoir des plantes et avoir des animaux ont une chose de sûr en commun : quand vient le temps de s’absenter il faut trouver quelqu’un pour s’en occuper.
Je m’absente 1 semaine à 1 mois dans l’année alors je dois faire preuve d’organisation pour ne pas laisser mes petites plantes dépérir. Pensez-y lorsque vous vous lancez, ne semez pas tout un tas de graines à la veille de vos vacances, ça serait dommage de ne pas les entretenir. Les méthodes que je vous livre ci-dessous ont jusqu’ici porté leur fruit, si vous avez d’autres astuces je suis preneuse pour les découvrir.

Long séjour

Si vous comptez vous absentez pour une longue durée, trouvez un/une plant sitter de confiance (qui a un peu la main verte de préférence, ça peut servir). Laissez-lui quelques consignes sur les plantes à arroser et celles à laisser bronzer.

Court séjour

Installez un système d’arrosage goutte-à-goutte ou plantez une bouteille percée dans votre carré potager. Ainsi les plantes iront puiser juste ce qui leur faut d’eau pour subvenir à leurs besoins en période chaude.
Si votre petit potager est très ensoleillé trouver un moyen de l’ombrager avec une bâche tendue ou un sac poubelle noir tendu en hauteur pour couper le soleil en laissant tout de même quelques rayons se faufiler.
Une autre solution si vous ne pouvez pas mettre en application les précédentes, est de récolter toutes vos cultures même si les fruits ne sont pas mûrs.
Placez-les au congélateur le temps de votre absence et à votre retour confectionner une confiture ou un ketchup de tomates de vertes. Je n’ai pas encore testé mais il parait que c’est à tomber.

L’arrosage

Ce n’est pas vraiment un inconvénient mais plutôt une précaution à prendre en compte.
Quelque soit les contenants que vous choisirez n’oubliez pas le système de récupération d’eau. Si vous vous procurez des pots ils sont normalement accompagnés d’une soucoupe, pareil pour les jardinières. Si vous utilisez une cagette ou construisez votre propre bac pensez à les rendre étanches.
Si vous prenez cet aspect à la légère, vos voisins risque de voir tomber la pluie sur leur balcon assez souvent. Et plus sérieusement ils pourraient se plaindre d’infiltration ou autres dégâts des eaux.

Le poids et l’installation

Avoir un potager sur balcon ça donne la patate tous les matins à condition de respecter quelques règles.
Pour être sûr d’être dans les règles je vous conseille de vous renseigner au près de l’organisme qui gère votre immeuble et auprès de la mairie de votre ville. Mais de façon générale les deux choses à prendre en compte lorsque l’on installe des élément sur son balcon sont :

  • le poids totale de l’installation : 350kg/m², c’est ce qu’un balcon normalement constitué peut supporter au maximum. Alors privilégiez de contenants légers si vous voulez installer de nombreuses variétés. Les pots en terre sont souvent assez lourd. Autre élément important : une fois la terre mouillée elle pèse énormément. Pour en savoir plus sur les normes de sécurité je vous invite à visiter le blog unpotagerbiosurmonbalcon.fr qui explique tout cela en détail.
  • l’installation : en sillonnant les rues fleuris, j’ai pu voir que ce second aspect n’est pas toujours respecté mais en tant que jardiniers urbains qui se respecte, vous êtes censés installer votre petit jardin à l’intérieur des rambardes de votre balcon. Imaginez qu’un pot se décroche et tombe sur la tête d’un passant présent au mauvais moment, au mauvais endroit, bonjour les tracas.

La météo

Plus un aléa qu’un inconvénient, le climat de votre région sera un facteur de choix pour vos cultures. Si vous habitez dans un région fraîche cherchez à cultiver des plantes rustiques.
Si vous êtes en régions chaudes préférez les plantes chameaux qui poussent avec très peu d’eau.


récolte tomate noir de crimée sur mon potager sur balcon

Avec cette liste j’espère que vous pourrez vous lancer dans l’aventure du balcon potager en toute sérénité et connaissance de cause surtout.
Et n’oubliez pas, mettre la main à la terre et laisser faire la nature c’est le meilleur moyen d’apprendre alors lancez-vous !

 

 

>> Avez-vous d’autres conseils à partager avant de se lancer dans le potager sur balcon ? <<

3 Réponses

  1. […] Faire pousser des légumes à partir des restes, c’est possible. Voici la liste des légumes à cultiver chez soi à l’infini. 7 Things to Do With Compost if You Don’t Garden. {Éco-défi} Débuter son potager sur balcon, les avantages et les inconvénients – Mon Petit Balcon. […]

  2. […] J’ai aussi envie de commencer, tout doucement, à faire pousser quelques trucs sur mon balcon (un vrai défi, je n’ai absolument pas la main verte!!) grâce à la Box à planter et le blog Mon petit balcon. […]

  3. […] découvert l’expérience d’Ana du blog Mon Petit Balcon et lu son article au sujet des avantages et des inconvénients du potager de balcon, difficile de ne pas se sentir inspiré-e-s et motivé-e-s pour exploiter le moindre centimètre […]

Laissez un commentaire